L'Histoire de l'ostéopathie


 

En bref

L'ostéopathie a été fondée vers la fin du XIXème siècle par un médecin américain, Adrew Taylor Still. Il ouvrira la toute première école de formation en ostéopathie en 1882, à Kirksville dans le Missouri : l'American School of Osteopathy (ASO).

Un journaliste américain, William Garner Sutherland, qui finira par abandonner sa profession pour intégrer l'école de Still sera à l'origine de la théorie de l'ostéopathie crânienne.

Par la suite, John Martin Littlejohn, un étudiant écossais de l'ASO, associera la physiologie à l'ostéopathie et fondera en 1917 une école d'ostéopathie à Londres, berceau de l’ostéopathie en Europe.

La naissance de l’ostéopathie

L’ostéopathie a été fondée par le docteur Andrew Taylor Still (1828 – 1917), un « médecin » américain de la fin du XIXème siècle.

En 1865, une épidémie de méningite emporte 3 de ses enfants. Anéanti par cet évènement tragique, il est désemparé par l’inefficacité de la médecine de l'époque qui n’a pu les sauver et à laquelle il ne croit plus, et qu’il finira par abandonner.

En 1874, un deuxième évènement va l’amener à développer une autre médecine. Il parvient à guérir un nourrisson atteint de dysenterie, uniquement par l’usage de ses mains.

Fort de son expérience de médecin et chirurgien militaire, de ses études de médecine, et de ses connaissances parfaites en physiologie, mécanique et anatomie (il a pratiqué des centaines de dissections auparavant), il crée et développe un nouveau concept de soin : l’ostéopathie était née.

En 1892, il fonde l’American School of Osteopathy (ASO) à Kirksville dans le Missouri (aujourd’hui nomée l’AT Still University).

L’ostéopathie crânienne

William Garner Sutherland (1873–1954), un journaliste américain, s’étant rendu à l’ASO dans un but professionnel, a fini par intégrer le collège pour devenir ostéopathe, séduit par ce qu’il avait vu.

Au cours de son cursus, il étudie en profondeur l’anatomie du crâne et finit par révéler l’existence d’une biomécanique crânienne (mouvements des os du crâne). Il publia The Cranial Bowl, un ouvrage dans lequel il exposa sa théorie. Par la suite, il mêle cette théorie avec ce qu’il avait appris durant ses études pour développer l’ostéopathie crânienne.

Etant controversée aujourd'hui, sa pratique est empirique mais indispensable pour traiter certains motifs de consultations (céphalées, sphère ORL, etc.).

Le développement de l’ostéopathie

Venu d’Écosse, John Martin Littlejohn (1865-1947) formé en théologie, lettres et médecine émigra aux USA pour terminer ses études. Il consulte A.T. Still en 1892 pour des soucis de santé. Au même titre que W.G. Sutherland, émerveillé par le peu qu’il a découvert de cette approche, il intègre l’ASO pour devenir ostéopathe. Par la suite, il y enseigna la physiologie. Passionné de science, il intégra la physiologie à l’ostéopathie, ce qui lui valu des conflits avec AT Still.

En 1900, il quitte Kirksville pour Chicago pour fonder l’American College of Osteopathic Medicine and Surgery avec ses deux frères.

En 1913, il rentre en Europe et fonde 4 ans plus tard la British School of Osteopathy (BSO) à Londres. L’ostéopathie vit alors le jour sur le continent européen.

Depuis, l’ostéopathie s’est développée et étendue à la quasi-totalité de l’Europe et est même présente dans divers pays aux 4 coins du monde. Etant encore en plein essor, elle est connue depuis plusieurs années dans des pays comme la France, le Royaume Uni, l’Allemagne, le Canada ou la Nouvelle-Zélande mais n’en est encore qu’à ses balbutiements dans des pays comme l’Estonie ou le Japon.

Tout au long de ces années plusieurs ostéopathes ou professionnels de santé renommés ont apporté leur pierre à l‘édifice comme William Garner Sutherland ou John Martin Littlejohn, et développé l’ostéopathie. Voici quelques noms célèbres : Rolin Becker, Viola Frymann, Harold Magoun, John Upledger, Dr. Robert Maigne, Pierre Tricot, etc.

portrait

Florent RÉTIF

Ostéopathe D.O.

15 rue des Maraîchers
91620 Nozay